31 January 2023
Interview

Interview. Arsène Wenger : « la VAR n’est pas une tueuse émotionnelle »

Interview. Arsène Wenger : « la VAR n’est pas une tueuse émotionnelle »

Parrain de la 20e édition des Journées de l’arbitrage, Arsène Wenger est revenu sur les premiers mois d’utilisation de l’arbitrage vidéo. L’occasion pour l’ancien manager d’Arsenal de défendre cette technologie si critiqué par les suiveurs du football. Entretien.  

Mohamed Mehagni : Quel bilan pour l’assistance vidéo à l’arbitrage ?

Arsène Wenger : La VAR est désormais un élément indispensable du sport de haut niveau. Elle permet de prendre des décisions plus justes. Contrairement à ce que pensent ses détracteurs, la VAR n’est pas une tueuse émotionnelle. Dans le football, le nombre de buts n’a pas diminué, et le côté spectaculaire du jeu n’a pas disparu. Il y a cependant un problème de pédagogie et de formation des arbitres. Il faut pouvoir entendre les communications des arbitres afin d’éviter les polémiques.

« Contrairement à ce que pensent ses détracteurs, la VAR n’est pas une tueuse émotionnelle »

Mohamed Mehagni : Quel regard portez-vous sur l’évolution du football féminin ?

Arsène Wenger : Le football féminin sera sans aucun doute le phénomène sportif majeur du XXIe siècle. Au niveau de l’arbitrage, je suis convaincu que les joueuses et anciennes joueuses favoriseront l’accès à la fonction. Le football féminin souffre d’un manque de moyens, ce qui retarde la professionnalisation de la discipline. Néanmoins, les avancées dans ce domaine sont nombreuses. Il faudra se montrer
patient.

Mohamed Mehagni :  Vous militez pour l’organisation d’un Mondial tous les deux ans. N’y a-t-il pas un risque de porter atteinte au prestige de la compétition ?

Arsène Wenger : Le prestige d’une compétition n’est pas lié uniquement à sa rareté. Il est lié à la qualité de la compétition et à ce qu’elle représente. Il y a aujourd’hui un véritable fossé entre l’Europe et les autres continents en termes de participation. 133 pays n’ont jamais joué la Coupe du Monde. Il faut pouvoir offrir une chance à chaque nation de prendre part à cet événement

Commentateur

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFR
P